OLYMPE

ASSOHOTO

Une voix, une âme...

Olympe Assohoto and the Blues Fellows

Posted on 05 Fév 2015 0 comments


Olympe Assohoto and the Blues Fellows sont le fruit d’une rencontre entre musiciens confirmés. Ce quartet Blues est né d’une nécessité pour chacun d’exprimer pleinement son art. Il fallait un écrin pour magnifier la voix d’Olympe Assohoto.

Pascal Corriu (guitare), Lionel Martinez (batterie) et Emmanuel Beer (piano), ont réussi ce tour de force, sans fioritures aucunes, en puisant aux racines même des codes de ce genre musical primordial.  Que ce soit dans des reprises ou des compositions à trois, c’est à partir d’arrangements minimalistes qu’ils laissent toute la place à cette émotion, à ce vertige de la voix qui fait que le Blues est le Blues.

Assohoto est le patronyme d’Olympe. Elle le met en avant en hommage à son père parti trop tôt. En Béninois, contrée des origines familiales, le Asso est une calebasse entourée d’un filet de perles qui permet en la secouant de scander un rythme, Hoto exprime l’action d’en jouer. Littéralement celui qui joue de la Calebasse.

Pour en avoir fait un nom de famille, il s’agissait selon les us et coutumes de la Culture Fon d’un héritage, d’une charge, d’une fonction officielle au sein d’un orchestre royal transmis de génération en génération. Il faut avoir entendu Olympe pour comprendre la filiation toute trouvée avec cet héritage précieux quand on connaît l’influence des chants et rythmes de l’ancien Dahomey, qui dans le creuset multiculturel de la Nouvelle Orléans, ont participé à la naissance du Blues puis du Jazz.


Pascal Corriu

Pascal Corriu

Il débute la guitare en autodidacte à 14 ans et donne ses premier concert dès l’année suivante. Il débute une Tournée en Europe et pour les télés nationales avec le groupe Cargo de Nuit. Il est également diplômé du G.I.T. (Los Angeles, 1987), où il étudie avec Robben Ford,Scott Henderson,Joe Diorio…

Lors de certains festivals, il fera les première parties de John McLaughlin, Bireli Lagrène, Maceo Parker, Solomon Burk et biens d’autres. C’est en 2000 qu’il sort son album solo (un second étant en préparation). Il  enregistre également avec New Incidence et Organique Trio.

Le guitariste Pascal Corriu fait partie de cette catégorie d’artistes qui, loin des modes, évolue au travers d’expériences multiples sans renier les racines de leur art. Considéré comme l’un des héritiers les plus doué du blues dans le sud de la France, Pascal s’est toujours fié à son instinct musical pour affiner son jeu, sa sonorité et élaborer un langage personnel qui puise son authenticité dans les valeurs les plus sûres de ce que l’on appelle le Jazz.


Lionel Martinez

Lionel Martinez

Il apprend la musique dès l’age de neuf ans encommençant par la guitare au conservatoire de Béziers puis il est«repéré» par RENE NAN qui lui conseille de jouer de la batterie. C’est la révélation ! Pendant huit ans, il suit les cours du maître ès tambours et se dirige ainsi vers le jazz et les musiques improvisées. Il suit également des cours de percussion classique et joue dans le big band sous la direction de J.M VRECH. Il se perfectionne ensuite en participant à plusieurs stages ce qui lui permet maintenant d’enseigner.

Depuis on a pu l’apercevoir aux cotés de JEAN-MICHELPELLEGRIN, FRANCIS BALZAMO, MICHEL OLIVE, RICHARD DOSSMANN, JEAN-MARIEFREDERIC, PIERRE DIAZ, PASCAL CORRIU, GABRIEL FERNANDEZJEROME DUFOUR, SEBASTIEN ET MURIEL FALZON, MICHEL ALTIER, BRICE SONIANO, MED BURRIT (Danemark), TRAN MANH TUAN (Vietnam), NGUYEN ANH TAN (Vietnam), TRAJANO CALDAS (Brésil), FETHY TABET, LAURENT CUGNY, MARIANNIK STCERAN, RAPHAEL LEMONIER…

A ce jour, il a enregistré une vingtaine d’albums et a fait de nombreuses premières parties pour des artistes tels que : Orchestre national de barbès, Pierre Vassiliu, Hindi Zahra, Charlélie Couture, Michel Fugain, James Taylor, Macéo Parker…


Emmanuel Beer

Emmanuel Beer

Après des études de piano Jazz à l‘IMFP et au JAM, il intègre rapidement des formations de blues et de Jazz en tant que pianiste mais aussi à l’Orgue Hammond. Joue avec de nombreuses formations dans des univers différents : de l’électro trip hop SUNSHIP (Printemps de Bourges 2001) à la musique traditionnelle « Caitos » Jazz à Junas).

En 2007 Emmanuel enregistre le premier album du groupe Montpelliérain Organik Trio (Pascal Corriu, Stéphane Beuvelet) et participe à de nombreux festivals (Jazz à Sète, Radio France)…
Il se tourne résolument vers l’Orgue et les musiques électriques, multipliant les collaborations et les rencontres : Vittorio Silvestri et Michael Santanastasio (Festival Mardi Graves 2013), André Minvielle (2013), Dano Heider…

On le retrouve en première partie de nombreux artistes : Lucky Peterson, Bernard Alisson, Liz Mc Comb, Paolo Fresu, Richard Galiano, Donald Brown (Jazz en tête 2012). Depuis quelques années, il enseigne au Jazz action de Montpellier.



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *